Shadenfreude, pourquoi rions-nous des autres ?

On ne peut rien y faire. Quelqu’un tombe dans la rue. Ou fait une faute lors d’un discours. Ou renverse son café sur lui. Et nous, comme par réflexe, on rit. On se sent toujours un peu coupable ensuite. Mais on a quand même rigolé. Pourquoi nous rions-nous de la mauvaise fortune des autres ?

Si on nous le demande, nous dirons non. Mais dans nos cœurs, nous savons que nous nous réjouissons lorsque quelqu’un fait quelque chose de mal. Cela signifie-t-il que nous sommes de mauvaises personnes ? Pas vraiment. Se sentir satisfait des malheurs des autres est beaucoup plus courant que vous ne le pensez.

Nous ne pouvons pas nier le petit sourire qui se dessine au coin de nos lèvres lorsque quelqu’un se fait mal. C’est la raison pour laquelle nous aimons tous de temps à autres regarder les bêtisiers des meilleures chutes de l’année. C’est aussi le cas d’ailleurs pour les gifs.

Comme celui-ci :

Ensuite, il y a ces cas dans lesquels nous nous rions intérieurement lorsque nos amis subissent une sorte de revers. Vous êtes-vous déjà senti secrètement satisfait lorsque l’un de vos amis avait pris du poids ? Ou quand votre patron faisait des reproches à l’un de vos collègues ? Ou peut-être quand ce couple marié parfait semble s’effondrer ?

Schadenfreude est le mot allemand utilisé pour expliquer pourquoi nous nous moquons des malheurs des autres. Le terme est composé des mots schaden (malheur) et freude (joie).

Schadenfreud décrit parfaitement le sentiment que nous ressentons tous de temps en temps. Rire des malheurs des autres est une émotion universelle. Et selon des études psychologiques, cela affecte même les enfants. Même quand ils n’ont que 2 ou 3 ans, ils sont déjà capables de ressentir une satisfaction secrète quand ils voient leurs camarades échouer.

Schadenfreude a sa propre définition. Tout d’abord, il doit s’agir d’un sentiment secret. Nous n’en parlons généralement à personne, de peur qu’ils pensent que nous sommes de mauvaises personnes. La principale caractéristique de schadenfreude est qu’il s’agit toujours d’un plaisir coupable. Nous savons que c’est mal, mais nous en profitons quand même.

Quel est le secret de schadenfreude ? C’est très simple, en fait. Nous nous sentons supérieurs aux gens, même si cela ne dure que quelques minutes. Comme lorsque vous achetez l’un de ces magazines à potins dans lesquels les stars apparaissent sous leur vrai jour, avec toutes les rides et la cellulite.

Ce sont des gens qui nous fascinent, que nous admirons et que nous envions. C’est pourquoi, le fait de voir leur défauts nous réjouit et nous rassure. Se sentir bien quand les autres se sentent mal, c’est comme une petite revanche, ce que Nietzsche a décrit comme un principe humain fondamental.

Ne vous sentez pas trop mal en ressentant secrètement le sentiment du schadenfreude. Ce n’est pas si terrible. Et si les Allemands ont inventé un mot, ce doit être plus courant que vous ne le pensez.